The New District

Si vous voulez avoir une idée des goûts vestimentaires de la jeunesse saigonnaise, allez faire un tour au New District. C’est une sorte de marché aux puces (un « flea market » comme on dit), un bazar où se côtoient des dizaines de jeunes marques vietnamiennes sous le hall du Cargo, un grand hangar à vocation à la fois culturelle et commerciale au bord de la rivière Saïgon. The New District a lieu régulièrement tous les deux mois (ou plus) au cours d’un week-end. Hier, c’était la troisième fois que je m’y rendais et je ne m’en lasse pas. On y trouve de tout ou presque: des vêtements essentiellement mais aussi des accessoires pour smartphones, des casquettes, des lunettes, des chaussures… et un DJ qui domine l’espace gigantesque du Cargo.

IMG_2997

J’aime surtout y aller pour côtoyer cette jeunesse saïgonnaise branchée et connectée qui aime s’habiller et tenter des looks parfois décalés. Cette jeunesse-là n’est pas la jeunesse aisée d’Hô Chi Minh Ville qui préfère faire du shopping dans les grands centres commerciaux et acheter des marques internationales… beaucoup plus chères. Non, ces jeunes de moins de 25 ans ont des moyens financiers limités et savent qu’ici, ils pourront se faire un style à moindre coût. Et des idées, ils en regorgent. Certes, on trouve de la qualité médiocre, à côté de vêtements vintage et autres accessoires bon marché. Mais on trouve aussi des marques comme Libé, dont j’ai déjà parlé et des dizaines d’autres vendues le plus souvent en ligne.

 

IMG_2995

On décèle parmi eux des influences japonaises et coréennes bien sûr, mais aussi américaines. Le street style fait fureur. Et les cheveux décolorés aussi.

IMG_2993

IMG_2999

Les Vietnamiens ont aussi découvert les joies du tatouage, le vrai ou le faux… A Saïgon, on trouve beaucoup de tatoo éphémères au henné.

IMG_2998

J’ai terminé mon week-end avec un thé glacé à la pêche, au milieu de cette foule colorée et gaie. Une foule enthousiasmante et inspirante.

IMG_2990

Publicités

Le casual de Libé

Installée dans un espace moderne et lumineux d’un vieil immeuble, Libé est une marque vietnamienne qui séduit de plus en plus de jeunes femmes branchées à Saigon.

IMG_2089

J’ai découvert Libé il y a près de 3 ans. La jeune marque occupait alors un tout petit espace au premier étage d’un vieil immeuble du 26 Ly Tu Trong, en centre-ville. Un an plus tard, Libé triplait sa surface toujours au même étage de cet immeuble vintage où de nombreuses autres marques se sont installées depuis.

IMG_2094

IMG_2090

Libé n’a pas inventé une mode particulière. Son ADN? Un style casual, aux coupes simples et basiques. Dans des matières qui vont du 100 % coton au jersey en passant par la soie ou la laine mélangée et des couleurs où dominent le noir, le gris et le bleu marine, en y ajoutant une touche de pastel. Tops à fines bretelles, tee-shirt basiques rayés ou unis, chemises blanches à la coupe impeccable à col Mao et manches trois-quarts, jupes courtes et shorts de flanelle, pantalons droits mi-mollet ou jupes culottes (très à la mode à Saigon en ce moment), pantalons cigarette de crêpe noire… Libé propose aussi des accessoires: chaussures, foulards et quelques bijoux vintage. Et, en série limité dernièrement, des pochettes en cuir faites à la main. Toutes les pièces sont fabriquées en petite quantité, ce qui permet de renouveler les collections régulièrement. Le plus? Les prix. Vous paierez très rarement un vêtement au-delà de 20 euros, le plus souvent autour de 12 euros, ce qui la rend accessible aux jeunes Vietnamiennes, étudiantes ou salariées, qui veulent des vêtements branchés et portables.